La société du tout jetable n’est plus tenable d’un point de vue environnemental et sociétal. L’économie circulaire représente un des leviers majeurs pour évoluer vers un monde plus durable. D’après la définition de l’Ademe, « l’économie circulaire vise à changer de paradigme par rapport à l’économie dite linéaire, en limitant le gaspillage des ressources et l’impact environnemental, et en augmentant l’efficacité à tous les stades de l’économie des produits« .

Jardiner au potager

Il s’agit donc de réinventer les processus d’approvisionnement, de fabrication et de recyclage de l’ensemble des produits, de l’alimentaire aux produits pour la maison, afin de mieux utiliser les ressources existantes et prendre le contre-pied des industries de surproduction et de surconsommation. La notion d’économie circulaire se développe concrètement au sein des entreprises, qui prennent en compte le cycle global de vie de leurs produits, de la conception jusqu’à la fin de leur usage.

Réparer, réutiliser, réemployer, garder en tête le concept des 3 R, ou mieux encore, ne pas générer de déchet, sont devenus les axes de développement prioritaires.

 

La durabilité au cœur de la démarche

Membre de 1% pour la planète, Another Way est devenue entreprise à mission. Forte de ses convictions environnementales et sociétales, la société développe des alternatives écologiques (en matériaux naturels, recyclables ou recyclés) aux objets du quotidien, surtout ceux à usage unique. Produire localement, avec des partenaires proches géographiquement de ses locaux à Marseille, fait aussi partie de ses engagements. Ses objectifs : favoriser le zéro déchet (comme avec son savon vaisselle) et/ou avec une solution de recyclage en fin de vie. Son pack shampooing naturel permet ainsi de fabriquer 4 shampooings de 270 ml dans deux bouteilles plastiques réutilisables et 100% recyclables. Son ambition affichée : se rapprocher le plus possible d’une économie circulaire.

Alterosac, qui travaille le lin, le coton et le chanvre, fabrique des sacs à vrac, à pain, de congélation, des filets, cabas et toutes sortes de pochettes : à goûter, pour le pique-nique, pour brosses à dents, sandwiches… Tous les produits sont confectionnés à la main dans un atelier en Haute-Savoie et dans un atelier d’insertion en Ile de France.

achats en vrac

Le meilleur déchet : celui qu’on ne produit pas

Pour tous ceux qui veulent développer leur vente de vrac, Aventure Bio se positionne comme le « grossiste des pépites bio ». La société propose une large gamme de vrac ou non-alimentaire. Font partie de son catalogue de marques : Symples, Capitaine, Comme Avant, Atelier Sarrasin…

Basé en Bretagne, Solide ! conçoit et propose des alternatives aux produits traditionnels afin de réduire drastiquement les déchets – en particulier le plastique – et l’empreinte carbone au quotidien. Les produits sont livrés sans emballage ni plastique, et ne produisent donc pas de déchet en fin de vie. Brosse vaisselle manche en bois, filtre à café réutilisable, sac à pain, éponge lavable, poudre lessive écologique ultra-concentrée livrée dans une bouteille en verre… Solide ! accompagne la transition écologique du quotidien.

Pionnière dans le secteur des produits solides, la société Lamazuna s’est imposée il y a déjà quelques années, notamment via sa large gamme de cosmétiques et d’accessoires durables. Elle fabrique des articles à objectif zéro déchet, véganes, et le plus localement possible, la société étant basée dans le Drôme.

Utiliser ce qui existe déjà pour réduire le gaspillage 

In Extremis innove à partir de ce qui existe déjà, sans faire aucun compromis sur le plaisir gustatif. Ses biscuits apéritifs sont fabriqués à base de poudre de pain invendu et de son de blé récupéré auprès de meuniers. La première apporte une texture croustillante inédite et le son une saveur céréalière authentique. Son bilan : 33% de gaspillage évité, aucun additif et une fabrication française (100% des ingrédients proviennent de filières agricoles françaises).

Nat&plante, qui propose infusions et plantes en vrac grâce à son expertise en phytothérapie, a développé des étuis en carton destinés à avoir une seconde vie : pots à crayons, pots à vrac, à chacun de trouver un nouvel emploi ! Fabriqués en Région Auvergne-Rhône Alpes, ces pots sont 100% recyclés, recyclables et réutilisables.

 

Favoriser le local pour diminuer son impact environnemental

Maïa-Ko a répondu aux demandes des jardiniers amateurs, qui n’avaient pas de solutions naturelles jusqu’alors pour prendre soin de leur jardin, potager ou plantes d’intérieur. Caroline Baly, la fondatrice de cette jeune start-up, a conçu des mélanges prêts à l’emploi fabriqués à partir de plantes bio locales en circuit court grâce à ses connaissances en plantes médicinales. Un exemple : le mélange ortie, bardane et pissenlit, qui stimule naturellement le développement des plantes. Les bouteilles-sprays éco-conçues sont 100% recyclables, et l’emballage du produit expédié en e-commerce a été pensé pour avoir le moins d’impact sur l’environnement. Des recharges sont prévues pour limiter la production de déchets.

Labellisé BIO Entreprise durable®, Croquelicot réinvente le biscuit bio et équitable en privilégiant les partenaires locaux : plus de 50 % des matières proviennent de producteurs situés à moins de 250km de son atelier situé à Mâcon. Excluant tout ingrédient controversé (huile de palme, arôme, conservateur…), la société propose une belle gamme de biscuits sucrés et salés, dont 70% en vrac.

CQFD – Créatives, Qualitatives, Françaises, Durables. Voici comment se définit la marque de pâtes élaborées à partir de blé issu de la filière blé dur bio d’Ile de France et fabriquées à Meaux à partir de produits locaux. La société garantit, grâce à ces circuits courts, des revenus plus justes pour les producteurs. Ses pâtes fraîches, sèches ou ravioles se dégustent avec des sauces complémentaires, pour un maximum de plaisir gustatif. Son fondateur, l’ancien chef cuisinier Frédéric Bonomo, a été lauréat du Réseau Entreprendre Seine et Marne 2021.

De nombreuses sociétés bio présentes à Natexpo du 18 au 20 septembre 2022 présenteront leurs innovations allant dans le sens d’une économie circulaire et d’une réduction globale des déchets.

À noter également la présence des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Centre, Hauts-de-France, Occitanie, Pays de la Loire Provence-Alpes-Côte d’Azur, et Sud-Ouest qui valorisent le savoir-faire local, et de nombreuses entreprises à missions dont le fondement est l’économie circulaire.