DG de l’entreprise Super Diet
“Notre vœu le plus cher est d’avoir l’an prochain encore une croissance intéressante en maintenant un développement à l’international.”

super-diet

Connus notamment par leurs produits stars que sont Hygiaflore, Axarola bio, Drainaflore bio et Radis Noir bio purs jus, Les Laboratoires Super Diet fêtent leur cinquantenaire. Histoire d’une entreprise pas comme les autres installée à deux pas de Denain, commune proche de Valenciennes située dans le département du Nord et la région du Nord-Pas-de-Calais.

Super Diet fête cette année son cinquantenaire. C’est un joli parcours pour cette entreprise qui emploie aujourd’hui près de 150 personnes ?

R.B: Au-delà de sa réussite, c’est surtout un parcours atypique qui marque l’histoire de Super Diet. René Haussin, le fondateur, tient une épicerie fine. Mais il souffre de terribles douleurs articulaires. Rien ne le soulage. Déçu de ne trouver aucune solution dans la médecine traditionnelle, il entame une cure de jeun. Nous sommes dans les années 60. Ceux qui s’intéressent aux plantes sont rares. Lui va jusqu’à se passionner pour la naturopathie. Il suit alors des cours qui vont lui permettre de confectionner artisanalement ses premiers comprimés à base de pollen qu’il vend dans son épicerie.

René Haussin est donc le pionnier de la phytothérapie moderne ?

R.B: Sans aucun doute. Mais à l’époque René Haussin n’est pas que phytothérapeute ou naturopathe. Il est aussi comptable, livreur, commercial. Il fait tout. Y compris la formation et l’éducation des magasins sur la connaissance des plantes. Il développe des formules, mais, comme il le dit encore, il « fait la représentation » auprès de boutiques qui s’appellent alors des « maisons de régime ».

Les années passent, les formules se multiplient ?

R.B : Les formules se multiplient et les noms changent parfois sous la pression des fraudes, … mais les machines restent. Certaines machines dont nous prenons grand soin sont les mêmes que celles qui ont confectionné les premiers comprimés. Qui sait que nous avons dû, pour des questions d’allégation, changer le nom du Laxarola trop évocateur, en Axarola. Pendant une dizaine d’années, Super Diet est restée une petite entreprise de 4/5 personnes. Dans les années 70, elle déménage une première fois au cœur de Denain, s’agrandit et emploie une trentaine de personnes, avant de déménager à nouveau sur le site actuel de Wavrechain sous Denain, dans des locaux 5 fois plus grands.

Reconnu Laboratoire pharmaceutique en 1987, Super Diet ne semble pas avoir perdu son âme familiale. A quoi cela tient-il ?

R.B: Le personnel est d’une très grande fidélité. Certaines personnes sont là depuis 25/30 ans. Les trois quarts de notre personnel est féminin. Le Comité de Direction est majoritairement composé de femmes, ce qui est rare.

Alors que le marché du complément alimentaire marque une pause, vous affichez une croissance cette année encore de près de 8%. Où allez-vous chercher ces leviers ?

R.B: Notre politique d’innovation nous permet de garder une longueur d’avance sur un marché qui en effet tend à baisser. Nous avons été les premiers à lancer il y a deux ans un produit pour le transit bio. Nous sommes encore les premiers cette année à proposer des enveloppes de gélules d’origine marine bio. Cela fait plus de 10 ans maintenant que nous avons initié une démarche de partenariat « nord-nord » avec les producteurs français de plantes bio.

Que peut-on vous souhaiter pour votre anniversaire ?

R.B: Notre vœu le plus cher est d’avoir l’an prochain encore une croissance intéressante en maintenant un développement à l’international. Nous venons de nous implanter en Inde, avec notre produit Drainaflore bio, et au Mexique avec les produits Cellimine bio notamment. Aujourd’hui sur les 20 millions d’E de chiffre d’affaires que nous réalisons, l’export représente 3 millions.

Share via
Copy link